Notre charte

Charte déontologique du Coaching SIG de NASCA

Article 1 :- Le coaching professionnel de NASCA se définit comme une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. Le client clarifie ses objectifs et s’engage dans l’action grâce à l’interactivité établie entre le coach et lui. La relation de coaching l’invite à se centrer sur ses priorités et ses choix. Le processus de coaching se concentre sur la situation présente du client et sur ce qu’il est prêt à mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs.

Article 2 :- Le coach NASCA pratique le métier à partir de sa formation et de son expérience en mettant en œuvre un processus d’accompagnement qui s’appuie sur l’engagement du client, la bienveillance du coach et sur la qualité de leur lien relationnel.

Article 3 :- Le coach est un expert du processus de coaching et reste maître du cadre. Son rôle de partenaire requiert qu’il soit dans la position de comprendre les enjeux professionnels de son client autour des systèmes d’information géographique, sans toutefois être l’expert du métier de celui-ci. Le coach posera les bonnes questions, le client trouvera ses réponses.

Article 4 :- L’engagement est matérialisé par un contrat écrit qui précise les objectifs de l’accompagnement, la durée estimée, les modalités de restitution au donneur d’ordre en cas de relation tripartite et le tarif pratiqué. Ce contrat est rédigé dans le respect des règles juridiques en vigueur en matière de contrat de prestation de service.

Article 5 :- Le coach respecte le secret professionnel et s’engage à ne pas communiquer à autrui les informations recueillies auprès de son client. Avec précision, le coach crée, entretient, archive et détruit toute trace du travail effectué en rapport avec la pratique du coaching d’une façon qui assure la confidentialité et satisfait toutes les lois en vigueur

Article 6 :- Conscient de sa position, le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence. Le coach n’exerce pas d’abus d’influence et reste dans le cadre défini par le contrat : L’action de coaching ne crée pas de situation de dépendance, mais mène le coaché vers plus d’autonomie. Le coach adapte son intervention en fonction des étapes du développement du coaché. Le coaching a lieu à condition que le coaché adhère vraiment à la démarche.

Article 7 :- Le coach veille à éviter tout conflit entre ses intérêts et ceux de ses clients. Pour tout conflit d’intérêt, en cours ou potentiel, le coach expose ouvertement la situation et délibère pleinement avec son client comment en traiter de quelque façon qui le serve le mieux. Le coach tient leclient informé des rémunérations qu’il pourrait recevoir de tiers pour des recommandations ou conseils le concernant.

Article 8 :- Le coach s’assure que, au cours de la première séance, ou préalablement, son client comprend la nature du coaching, le cadre de la confidentialité, les accords financiers et les autres termes du contrat de coaching.

Article 9 :- Le coach et le client déterminent ensemble l’objectif, le cadre, et les résultats escomptés.
Le rôle du coach est de :

• Découvrir et clarifier ce que le client souhaite accomplir pour établir un contrat fondé sur un objectif mesurable et daté.

• Aider le client à définir ses motivations, ses stratégies et ses compétences.

• Dévoiler au client l’ensemble des options qui s’offrent à lui.

• Confronter le client à ses engagements ou à sa problématique, si cela peut le faire progresser.